Home Conduite d'élevage Zero Diarrhée et plus de 1 000g de GMQ sur mes veaux
Zero Diarrhée et plus de 1 000g de GMQ sur mes veaux 5

Zero Diarrhée et plus de 1 000g de GMQ sur mes veaux

0
0

Depuis deux ans, Sylvain Kernafl en du Gaec Ty Nevez à Irvillac dans le Finistère ne déplore plus aucune perte de veaux après la naissance et ne distribue plus aucun sachet de réhydratant. L’éleveur nous explique comment il est parvenu à ce résultat.

Pour dégager du revenu avec 600 000 litres de lait à produire pour 3 UTH, les éleveurs du Gaec Ty Nevez à Irvillac dans le Finistère comptent sur la valorisation de l’ensemble des produits de l’exploitation. Ils vendent chaque année une vingtaine de génisses vêlées et une dizaine de vaches en deuxième lactation. « La demande d’animaux en lait est soutenue aussi bien en local qu’à l’export pour l’Espagne et l’Angleterre en particulier » explique Sylvain Kernaflen. « Les acheteurs ont l’oeil, ils remarquent les animaux qui ont souffert pendant leur carrière » témoigne l’éleveur. Les vaches sont vendues vêlées autour de 1 200 à 1 300 euros en ce début d’année.

Drenchage

Les éleveurs s’investissent autant dans la conduite des génisses que dans celle des vaches. « Dans notre système, toute perte de génisses est une perte de revenu et on aura du mal à vendre les animaux qui ont eu du retard de croissance à cause des maladies » argumente Sylvain Kernaflen. Depuis deux ans, suite à des problèmes de toux et de diarrhées sur les veaux, la nurserie a été réaménagée en contenant les investissements avec des cases à veaux de boucherie d’occasion. L’alimentation jusqu’au sevrage a également été repensée. «Mon expérience montre que les veaux doivent consommer 1 kg d’aliment d’allaitement Lactapro Top avant leurs 8 jours pour qu’ils soient vigoureux au moment où ils sont le plus sensibles aux maladies ». Tout commence dès la naissance. Les trois éleveurs du GAEC assistent à tous les vêlages à tour de rôle. Les veaux reçoivent quatre litres de colostrum frais ou congelé par drenchage dans les six premières heures de vie puis deux repas de 2 litres. Le drenchage permet d’assurer les apports recommandés en immunoglobulines même avec un colostrum de moyenne qualité. L’éleveur ne voit que des avantages à cette technique : elle fait gagner du temps et est simple à faire. «A la naissance, il n’y a aucun risque de noyer un veau. Je coince sa tête entre mes jambes pour la positionner en-dessous de ses épaules et j’enfile la sonde de drenchage ».

1 kilo d’aliment d’allaitement à 8 jours

Les veaux sont alimentés à l’aliment d’allaitement, au seau et en deux repas par jour, dès le troisième jour. Pendant la phase de démarrage, l’éleveur augmente les quantités distribuées en observant la consommation et les éventuels troubles digestifs. Les veaux atteignent le pallier du kilo d’aliment d’allaitement quotidien à parti r de 6-8 jours. Pour atteindre ce résultat, Sylvain Kernaflen a choisi l’aliment d’allaitement Lactapro Top . « Attention, pour monter aussi rapidement la consommation d’aliment d’allaitement, il faut qu’il soit appétant, riche en protéines laitières et il faut bien surveiller le comportement des veaux » insiste-t-il. A partir de huit jours, l’éleveur leur présente dans sa main un aliment mash floconné spécialement formulé pour le premier âge de marque Clairalim Elite, toujours dans le but qu’ils en consomment le plus rapidement possible. A deux semaines, ils en ingèrent jusqu’à 1 kg par jour. Dès huit jours, les veaux disposent d’eau. Le repas lacté du dimanche soir est sauté pour les veaux de plus de huit jours ce qui simplifie le travail pour prendre les congés du dimanche et favorise la consommation de concentrés.

Au début de la quatrième semaine, les animaux passent en case collective sauf pour les plus chétifs à la naissance qui prolongent leur séjour d’une semaine en nurserie. Pour maîtriser les coûts d’élevage, l’aliment d’allaitement et le concentré changent après une transition d’une semaine. L’aliment d’allaitement alors distribué, Lactapro Confort , est une alternative plus économique comparé au Lactapro Top tout en restant très sécurisé avec un niveau élevé de protéines digestibles, des prébiotiques, des huiles essentielles et des antioxydants qui participent au développement du système immunitaire.

1050 g de GMQ de la naissance au sevrage

Le sevrage est volontairement tardif (à 90 jours) pour sécuriser le sevrage et homogénéiser les lots de génisses en cases collectives. Avec son plan d’alimentation, l’éleveur pourrait cependant gagner une ou deux semaines sur le sevrage dès que la consommation de concentrés dépasse 2 kg. Après le sevrage, les génisses reçoivent 3 à 4 kg d’aliments à 17% de MAT et de la paille à volonté.

Sylvain Kernaflen mesure au mètre ruban et à la toise ses animaux à un mois et demi, au sevrage, à six mois et au moment de l’insémination pour suivre la croissance et le développement corporel. Les mesures sont tout à fait alignées sur les objectifs à atteindre pour des vêlages entre 24 et 26 mois pour les génisses de renouvellement et entre 27 et 28 mois pour les ventes à l’export qui demande des animaux un peu plus lourds (voir tableau 1 des performances de croissance). Un GMQ de la naissance au sevrage de 1050 g/j, l’absence de problème sanitaire pendant cette période associé à un poil brillant et lisse récompensent l’investissement en temps et en aliments des éleveurs.

Les performances de croissance

MesuresAu Gaec Ty nevezObjectifs pour un velage 24 mois
Poids Naissance42 kg
Age au sevrage (en j)9063
Poids au sevrage (90j)136 kg90 kg
GMQ Naissance/Sevrage1050 g / j750 g / j
Poids à 6 mois214kg205kg
GMQ 0-6 mois960 g / j900 g / j
Hauteur au garrot à 6 mois112 cm105 cm

Aline Multon, Ingénieur formulati on chez Lactalis Feed

« Lactapro TOP est un aliment d’allaitement spécialement formulé pour le démarrage du veau d’élevage ». Lactopro Top se distingue par un profil très laitier avec 50 % de poudre de lait écrémé et 95 % de protéines d’origine laitière. Il est formulé pour prévenir les troubles digestifs et ainsi réduire les coûts associés afin d’assurer des performances de croissance élevées avec son profil très laitier et au pack nutritionnel Regul’TOP composé d’immunoglobulines, de probiotiques et d’antioxydants.
Il est tout particulièrement adapté aux utilisateurs de lait entier qui pourront l’utiliser pendant le premier mois de vie en sécurisation de la phase de démarrage. Dans un programme 100% aliment d’allaitement, il peut s’associer à un aliment d’allaitement classique après un mois ou s’utilise sur la totalité de la période lactée. Pour simplifier le travail, il peut être distribué en un seul repas par jour dès la phase colostrale terminée.

GAEC Ty Nevez à Irvillac (Finistère)

  • 3 UTH dont 1 salarié.
  • 80 vaches laiti ères pour 600 000 litres de lait produit.
  • 33 kg de lait par vache à 32.1 de TP et 41.8 de TB.
  • 80 génisses élevées.

Laisser un commentaire