Home Conduite d'élevage « Viser toujours plus d’efficacité dans le travail »
« Viser toujours plus d’efficacité dans le travail » 5

« Viser toujours plus d’efficacité dans le travail »

0
0

Sur l’EARL Lillay basée à Notre-Dame de Cenilly (50), Jérôme Chapon et Thierry Morin, deux des associés, ont en charge l’atelier lait et se sont organisés pour ne pas se laisser déborder par les 250 vaches laitières de l’exploitation.

Comment gérer de manière performante un atelier de 250 vaches laitières à 2 associés ? Jérôme Chapon et son beau-frère Thierry Morin ont mis en place une organisation dans laquelle l’efficacité prend toute sa place, en misant fortement sur les postes liés à la reproduction, y compris le plan d’accouplement des femelles du troupeau, effectué grâce au logiciel d’accouplement informatisé OptiGEN.

100% des vêlages à 2 ans…

Dans un souci d’optimisation, un suivi de la reproduction a été mis en place avec des palpers post-partum, et des échographies toutes les 3 semaines. L’EARL tend également depuis des années vers le 100% vêlage 2 ans. L’âge moyen au 1er vêlage est actuellement de 24,7 mois contre 26 mois, il y a 2 ans. Pour les éleveurs, les avantages de cette technique sont nombreux. A deux ans, les femelles vêlent plus facilement, sans compter les économies générées. “Globalement, si l’EARL n’avait pas recours au vêlage 2 ans, il nous faudrait héberger et nourrir 30 génisses supplémentaires, ce qui nécessiterait la culture de 10 ha de surface fourragère supplémentaire”, estiment-ils.

Depuis son installation en 2004, Jérôme Chapon insémine la quasi-totalité des femelles de l’élevage avec de la semence conventionnelle holstein ou red holstein. En cas d’absence, l’Entreprise de Mise en Place prend le relais. A noter que sur une période de deux mois, les membres de l’EARL utilisent des doses Blanc Bleu pour éviter d’élever des veaux en février/mars. C’est, en 2010/2011, que l’EARL choisit de travailler avec Gènes Diffusion. “Les taureaux proposés sont de qualité, le service de mise en place est réactif”, soulignent les éleveurs qui ont aussi été séduits par le logiciel d’accouplement informatisé (cf encadré).

Construite en 2004 puis agrandie en 2015, la stabulation équipée de logettes sur tapis paillés héberge les 250 vaches.

…et dans de bonnes conditions

La main d’oeuvre étant limitée à 2 UTH sur l’atelier lait, Jérôme Chapon et Thierry Morin ont pour objectif de sélection prioritaire l’index Facilité de Naissance. Il doit être supérieur à 90 pour assister le minimum de vêlages. “Par ailleurs, pour qu’une génisse démarre bien sa lactation, le vêlage doit se dérouler dans de bonnes conditions. Au final, sur 250 vêlages, nous intervenons une vingtaine de fois avec la vêleuse”, chiffrent-ils. Les associés n’envisagent pas une baisse de la production laitière. L’index Lait doit être supérieur à 500, voire à 700. Grâce à la sélection génétique et l’achat d’une cinquantaine de génisses, le litrage a pu passer de 600 000 litres en 2004 à 2,2 millions de litres en 2017. Dernier critère pris en compte : la morphologie. Les femelles du troupeau présentent de bonnes attaches de mamelles et sont pourvues de membres de qualité, un caractère important dans une stabulation logettes. “Par ailleurs, la prise en compte du nouveau critère Santé du Pied devrait permettre de réduire le nombre de passages du pédicure bovin”, remarque Damien Roussel, technicien-inséminateur chez Gènes Diffusion.

Demain, les associés de L’EARL Lillay prévoient d’optimiser davantage l’outil de production afin d’améliorer sa rentabilité et de se dégager du temps de surveillance pour le troupeau et du temps personnel.

Deux plans d’accouplement annuels

Chaque campagne, 2 plans d’accouplement informatisés espacés de 6 mois sont réalisés avec le logiciel OptiGEN par Damien Roussel, technicien-inséminateur chez Gènes Diffusion. OptiGEN permet à Jérôme Chapon et Thierry Morin, qui sélectionnent chaque année 8 à 10 taureaux confirmés, de mettre en place les meilleurs accouplements possibles sur les caractères “facilité de naissance, lait et morphologie”, tout en prenant en compte la gestion de la consanguinité et des anomalies génétiques. Les taureaux confirmés holstein les plus utilisés depuis 2011 sont Barracuda, Erostol, Facecy EBA, Gaston, Gibsons et les Red Holstein sont Felmo Red et Grilo Red. Tout récemment, pour diminuer le coût des doses, l’EARL s’est également tournée vers la gamme GD Packs “Lait” qui regroupe des semences de jeunes taureaux génomiques au profil laitier, permettant d’améliorer les performances du troupeau de manière ciblée.

Selon Jérôme Chapon et Thierry Morin, le plan d’accouplement informatisé a l’avantage d’être rapide.”Et pourquoi ne pas aller encore plus loin en août en affinant le plan proposé par OptiGEN avec les données terrain ?”, envisagent-ils. Cela permettrait d’utiliser davantage de taureaux et d’être encore plus efficace.

Laisser un commentaire