Home Alimentation Notre ration de base a augmenté avec l’ensilage Shredlage®
Notre ration de base a augmenté avec l’ensilage Shredlage® 5

Notre ration de base a augmenté avec l’ensilage Shredlage®

0
0

Les éleveurs du Gaec de la Cour ont testé cette année l’ensilage de maïs SHREDLAGE® dans le cadre d’un partenariat avec leur concessionnaire Claas, leur ETA et leur nutritionniste. Retours d’expérience et premiers résultats avec Gilles Chapron, l’un des cinq associés.

Les cinq associés du Gaec de la Cour situé à Combourg en Ille et Vilaine ne chôment pas ! Aidés d’un salarié et de deux apprentis, ils élèvent 145 laitières et 70 vaches allaitantes avec engraissement des broutards, gèrent 9000 m2 de poulets de chair certifiés et cultivent 320 ha. « Pour la ration des laitières, nous cherchons la simplicité tout en maintenant un niveau de production supérieur à 10000 kg car nos deux robots de traite sont saturés » explique Gilles Chapron, l’un des deux responsables du troupeau laitier. En hiver, les vaches sont affouragées avec, uniquement, du maïs ensilage et des aliments fibreux (foin et paille). Aussi, quand l’Entreprise de Travaux Agricoles (ETA) Stéphane Couvert a investi dans une ensileuse Claas équipée du nouvel éclateur SHREDLAGE, Gilles a tout de suite compris les bénéfices qu’il pouvait en tirer. « Le maïs Shredlage apporte, à la fois, la fibrosité et l’énergie dans la ration, ce qui permet de réduire voire d’enlever la paille et le foin. La ration de base couvre alors plus d’énergie et la consommation de concentrés de production peut être diminuée » analyse l’éleveur. L’ensileuse Claas SHREDLAGE coupe le maïs en brins longs (de 18 à 30 mm) tout en pulvérisant totalement les grains. Elle produit des gros brins pour faire ruminer et des brins longs et effilochés pour faciliter leur digestion par les micro-organismes du rumen.

Le nutritionniste impliqué

« C’est une technique novatrice qui a un fort impact sur la réalisation des silos et sur la ration des laitières. C’est pourquoi, nous mettons les moyens techniques et humains pour encadrer et sécuriser son développement » insiste Anthony Banquetel responsable commercial chez Claas Rennes. Les chauffeurs de l’ETA Stéphane Couvert ont été formés au résultat final souhaité, aux réglages de l’ensileuse et à adapter l’avancement de la machine pour laisser le temps à l’éclateur de bien faire son travail. En juin 2016, quatorze éleveurs (ensilant un total de 700 ha de maïs) prêts à se lancer dans l’ensilage Shredlage ont été réunis par la société Claas et l’ETA Stéphane Couvert pour être informés précisément sur cette technique ainsi que sur le suivi mis en place. Anthony Baslé, nutritionniste chez Eilyps , qui conseille régulièrement ces quatorze élevages, a également été intégré dans le protocole de suivi pour conseiller sur la date de récolte, surveiller le hachage et l’éclatage du grain et adapter les rations.

« Aux Etats-Unis, la longueur de coupe recommandée pour l’ensilage Shredlage est de 26 à 28 mm. Nous avons choisi de démarrer à 22 – 24 mm et de l’augmenter progressivement dans les prochaines années » avertit Jean- Pierre Leray, responsable commercial régional Claas France. D’autant plus que cette année, il a fallu s’adapter aux fortes hétérogénéités de taux de matière sèche entre parcelles et au sein d’une même parcelle. « La tournée des parcelles de maïs réalisée en août a permis d’ensiler entre 32 et 35% de matière sèche (MS). Mais, nous avions des bas de parcelles à 30 / 32% de MS avec des hauts à 38 / 40% de MS et des grains vitreux difficiles à éclater » commente Anthony Baslé, le nutritionniste. Dans les maïs secs, la longueur de coupe a été ramenée à 20 mm pour faciliter le tassage. Chaque jour d’ensilage, Anthony Baslé était présent pour vérifier la longueur de coupe et l’éclatage du grain avec un tamis séparateur de particules Penn State .
« Pour le tassage, Claas recommande deux tonnes de pression par rang de récolte. Nous avons donc utilisé trois engins pour tasser les deux silos que nous remplissions simultanément. Avec une coupe longue plus une matière sèche élevée pour certaines remorques et une hauteur élevée de silo, nous avons pris le temps de bien tasser. Par rapport à une coupe classique, nous avons observé un peu plus de résistance pour pousser et entasser la matière dans le silo, ça accroche » observe Gilles Chapron.

+ 1,5 kg MS de maïs ingérés

Le premier silo de maïs Shredlage a été ouvert à la mi-décembre et a été analysé à 32 % de MS, 29,6 % d’amidon et 0,93 UFL. Sur les conseils de son nutritionniste, l’éleveur a diminué de 1 kg la distribution de fourrage fibreux, soit 500 g de paille de colza et 500 g de foin en moins tout en observant une bonne rumination au sein du troupeau (rapport TP / TB de 34 / 42). La consommation de maïs Shredlage a alors augmenté 1,5 kg MS par vache en comparaison du maïs récolté en 2015 avec une coupe classique. L’augmentation du niveau de la ration de base a permis de diminuer de moitié la distribution du concentré de production (Amyplus) qui est passé de 1,5 kg par vache en moyenne à 0,8 kg. Seules les vaches à plus de 35 kg de lait en reçoivent. Parallèlement, la distribution d’urée à l’auge a légèrement augmenté de 40 g par vache pour équilibrer en azote l’ingestion supplémentaire de maïs. Les taux butyreux et protéiques ont fait un bond d’un bon point (ce qui est le cas général en France avec les maïs 2016 et ne peut donc être imputé uniquement à la coupe Shredlage) et la production laitière a très légèrement augmenté. « Nous n’avons obtenu qu’une partie du bénéfice du Shredlage car nous sommes allés moins loin que ce qu’il est possible de faire dans l’augmentation de la longueur de coupe. Au Gaec de la Cour, l’objectif est de supprimer totalement les fibres mécaniques pour les remplacer par un ensilage de Ray-Grass Italien de qualité qui apportera des protéines » commente le nutritionniste. Pour la campagne 2017, la coupe sera allongée à 28 mm. « La collaboration avec l’ETA Stéphane Couvert et avec Anthony Baslé, le nutritionniste des élevages, est le modèle que nous souhaitons reproduire pour développer la technique SHREDLAGE » conclue Jean-Pierre Leray de Claas.

Gaec de la Cour à Combourg (35)

  • 5 associés, 1 salarié et 2 apprentis
  • SAU : 320 ha
  • 145 vaches laitières à 10 000 kg
  • 3 races : Holsteins, Normandes et Montbéliardes.
  • 1,38 millions de litres de lait
  • TP : 32 g / kg et TB : 39 g / kg
  • 150 000 cellules en moyenne
  • Intervalle Vêlage- Vêlage : 386 jours
  • Traite au robot (2 stalles)
  • Autres productions animales : 9000 m2 de poulets de chair certifiés, 70 vaches allaitantes avec engraissement des broutards

Laisser un commentaire