Home Fourrage Maïs fourrage : plus de sécurité avec de meilleures fibres !
Maïs fourrage : plus de sécurité avec de meilleures fibres ! 5

Maïs fourrage : plus de sécurité avec de meilleures fibres !

0
0

Entretien avec Alexis Férard, ingénieur à Arvalis-Institut du végétal

Pour densifier les rations à base de maïs en ne dépassant pas 20 % d’amidon dégradable, la solution techniquement sécurisante et économiquement intéressante est d’améliorer la digestibilité des fibres notamment celles du maïs.

XXLait : « Quels critères respecter pour équilibrer la ration des hautes productrices ? »

 Alexis Férard (AF) : Pour le bon fonctionnement du rumen des laitières, il faut respecter quelques critères dans leur ration.

1- Pour les fibres, nous retenons la borne de 32 % minimum de NDF (en % de la matière sèche) avec 70 % de ce NDF apporté par les fourrages. Dans les années à venir, il sera surement possible de prendre le critère NDFnd (NDF non digestible) pour être plus précis. Pour le moment, le chiffre de 0,5 % du poids vif est avancé comme limite basse soit un apport quotidien d’environ 3,5 kg de NDFnd.

2- Les apports d’amidon dégradable doivent-être limitées à 20 % de la matière sèche. Ce nouveau critère d’amidon dégradable (ndlr : avant, on utilisait le taux d’amidon total avec un maximum de 25 % de la matière sèche) permet de prendre en compte le stade de récolte du maïs (l’amidon des maïs secs est moins disponible) et les concentrés associés en fonction de leur profil amidon rapide / lent.

3- La densité protéique doit se situer autour de 100 g PDI / UFL, voire 105 g pour les hautes productrices.

4- La densité énergétique sera ajustée à l’objectif de production. Pour les vaches hautes productrices, l’éleveur visera une densité énergétique de l’ordre de 0,95 UFL / kg MS. 5/ On veillera également à une bonne couverture en minéral et en acides aminés essentiels.

XXLait : « Comment, alors, densifier l’énergie des rations à base de maïs pour atteindre ces 0,95 UFL / kg MS ? »

AF : Pour densifier fortement en énergie la ration des hautes productrices, il y a peu de solutions avec du maïs plante entière (comme le montre le graphique 1) à moins de prendre des concentrés sans amidon qui sont souvent onéreux. En effet, on butte toujours sur la limite des 20 % d’amidon dégradable. Il y a des possibilités en pilotant finement un ajout de céréales / betterave dans la ration et en suivant de près la réaction des vaches pour voir jusqu’où monter en sucres fermentescibles, la borne des 20 % étant une loi générale. Avec des rations à base d’ensilage de maïs, la solution la plus sécurisante est d’améliorer la qualité des fibres du maïs. Les maïs BMR que l’on trouve aux US sont en droite ligne de cette idée. Une autre solution étant d’incorporer, à haut niveau, des fourrages riches en MAT et en UFL, comme les mélanges de graminées et de légumineuses, auxquels on ajoutera du maïs épi ou du maïs grain humide pour obtenir des rations à haute densité énergétique.

Positionnement des fourrages et concentrés en fonction de leur densité énergétique et protéique. Les aliments plus riches que le maïs sont acidogènes avec leurs teneurs élevées en amidon ou en sucres solubles

XXLait : « Existe-t-il des différences de digestibilité des fibres en fonction des génétiques maïs ? »

AF : L’énergie des maïs fourrages provient de leur amidon et de la part digestible de leurs parois végétales. En fonction de leur digestibilité des fibres et de leur teneur en amidon dégradable, trois catégories se dessinent :

1- Les maïs à profil « fibres » avec une bonne digestion des fibres et une teneur modérée en amidon

2- Les maïs fourrage à profil « grains » riches en amidon, mais, généralement, aux fibres plus lignifiées

3- Une catégorie intermédiaire combinant une bonne digestion des fibres et une teneur en amidon sécurisante.

Les maïs Powercell™ du semencier Syngenta appartiennent à cette troisième catégorie. Avec ce semencier, nous avons mis en place un essai pour comparer, à différents stades de maturité du maïs, la valeur alimentaire entre ces différents profils de maïs fourrage (voir graphique 2). Les maïs fourrage typés « grains » ont la moins bonne qualité des fibres au stade optimum de récolte, la digestibilité des fibres étant mesuré avec le critère dNDF. Les variétés telles que les maïs Powercell ® sont plus riches en amidon dégradable (+ 60 g / kg MS à 33 % de MS, dans notre essai) que les maïs typés fibres avec une digestibilité des fibres intermédiaire tout en ayant une DMO comparable.

évolution de la qualité des fibres (mesurée par le dNDF) avec le taux de matière sèche

Laisser un commentaire