Home Productivité Des veaux boostés grâce à un DAL 4 postes
Des veaux boostés grâce à un DAL 4 postes 5

Des veaux boostés grâce à un DAL 4 postes

50
0

Le Gaec Le Chardonneret en Vendée a réaménagé sa nurserie pour y installer un DAL qui distribue l’aliment d’allaitement dans 4 cases en parallèle. Les éleveurs ont gagné une heure par jour et l’âge au sevrage a baissé de 15 jours.

Un âge au sevrage réduit de 15 jours

Au Gaec Le Chardonneret à Venansault (Vendée), le changement de conduite des veaux a donné d’excellents résultats technico-économiques. L’objectif initial était surtout de gagner du temps.

En mars 2015, le Gaec employait encore quatre membre de la même famille : Tanguy Guillet, son père, sa mère et son oncle. En l’espace d’un an, trois sont partis en retraite. Ces départs ont été partiellement compensés par l’installation de Julie Bouillaud en novembre 2015, suite à un an de stage de parrainage et sept mois de salariat. Dans ce contexte, il restait nécessaire de gagner du temps dans les soins des animaux en général et dans la conduite des veaux en nurserie, en particulier.

Longtemps, le bâtiment de la nurserie a comporté 11 cases séparées par des murs empêchant toute mécanisation. Or les exploitants voulaient automatiser la buvée tout en conservant une conduite par lots. De mars à juin 2015, ils ont donc cassé les murs et réaménagé le bâtiment en 2 fois 2 cases de 8 à 10 veaux, séparées par un quai central. Et sur ce quai, ils ont installé un DAL Förster Technik habituellement réservé aux élevages de veaux de boucherie. « Nous voulions alimenter les 4 cases en même temps avec un lait toujours chaud poussé vers les veaux pour qu’ils ne fatiguent pas,  d’où le choix de ce DAL qui contient 4 pompes », explique Tanguy Guillet. Lors de la détection des boucles FDX, la machine prépare en parallèle les rations spécifiques aux veaux qui se présentent. Pour garder une excellente précision, Julie Bouillaud réalise un étalonnage tous les 15 jours.

Les éleveurs ont aménagé la nurserie en 2 fois 2 stalles séparées par un quai central, sur lequel ils ont installé un DAL pouvant préparer simultanément 4 buvées.

Trois à quatre repas par jour

Les veaux sont démarrés au biberon dans une pouponnière, à côté de la salle de traite. Tous les veaux sont gardés, même les mâles qui sont engraissés.

En trois semaines, leur ration quotidienne d’aliment d’allaitement passe de 2 à 6 litres, puis ils restent 15 jours à 6 l/j, avant de baisser régulièrement pour atteindre 0,8 l/j au sevrage à 2 mois, la concentration restant constante à 130g/litre d’eau. La ration est fractionnée en trois ou quatre repas. L’aliment d’allaitement est Eurovo Optiplus de Lactalis Feed, riche en produits laitiers (aliment à base de poudre de lait écrémé). Il contient des prébiotiques, des huiles essentielles et des extraits de plantes pour renforcer la protection intestinale. Les vitamines C et E, le sélénium organique et les extraits de raisin favorisent le développement du système immunitaire. Au fur et à mesure de la baisse de la ration de lait, le concentré augmente pour atteindre 2,5 kg au moment du sevrage. Il contient 50 % de maïs de la ferme, 21 % de protéines (tourteau de soja surtout), 5,5 % de cellulose et 3,7% de matière grasse. Il est distribué à l’auge le matin avant le foin

Les résultats de la campagne 2015-2016 sont positifs. « Nous gagnons une heure par jour avec la buvée automatisée. La distribution d’aliment solide est beaucoup plus pratique avec la création du couloir central. Le curage ne nous demande plus qu’une demi-heure toutes les semaines », indique Julie Bouillaud.

Une baisse de 40 ctes € / kg de gain de poids

Les performances techniques sont aussi au rendez-vous. Les associés du Gaec ont pu les mesurer précisément car ils font partie d’un référentiel d’éleveurs suivis par Lactalis Feed depuis trois campagnes (voir encadré). Cette possibilité leur a été offerte par Soufflet Atlantique leur distributeur d’aliments. « Je propose ce suivi aux éleveurs intéressés par la technique pour qu’ils disposent d’une expertise sur l’alimentation du veau », souligne Jacques Bourmaud, technico-commercial spécialisé nutrition animale. Le seul travail pour les associés du Gaec est de peser les veaux au ruban à la naissance et au sevrage et de mesurer les consommations d’aliments. En contrepartie, les informations obtenues sur les veaux sont précieuses.

L’âge au sevrage est ainsi passé de 82 à 65 jours grâce au programme alimentaire du DAL (voir tableau 1). « Notre objectif est d’atteindre 24-26 mois au vêlage contre 28 aujourd’hui et pour cela il faut un bon démarrage sur la période naissance-sevrage durant laquelle le poids du veau doit doubler », détaille Tanguy Guillet. « On observe que les veaux ont consommé moins d’aliment d’allaitement et de granulés mais plus de foin pour un même GMQ », explique Patrick Branger, délégué commercial Lactalis Feed et animateur du référentiel élevage dans la région Poitou-Charentes. En conséquence, le coût alimentaire par kg de gain de poids a donc diminué d’environ 40 centimes d’euros. Des performances à suivre donc.

Tableau 1 : Les performances de croissance des veaux sur 3 campagnes

2015-2016 Gaec2014-2015 Gaec2014-2015 moyenne groupe2013-2014

Gaec

Age au sevrage en jours65829281
GMQ en g/j806794747881
Conso aliment lacté en kg/veau3651,557,447
Conso aliment solide en kg/veau91132112,9135
Coût alimentaire en €/veau87145155136
Coût en €/kg de gain de poids1,662,222,251,9

Source Lactalis Feed

Référentiel veaux d’élevage

Depuis 2013, le Gaec fait partie d’un référentiel veaux d’élevage initié conjointement par Lactalis Feed avec les aliments d’allaitement Eurovo et Soufflet Atlantique. A partir des mesures de pesées réalisées par les éleveurs à la naissance et au sevrage et des quantités d’aliments consommées, Patrick Branger de Lactalis Feed fournit aux éleveurs leurs données technico-économiques et les conseille sur des pistes d’amélioration. Ce référentiel rassemble une dizaine d’éleveurs du nord de la Vendée.

Laisser un commentaire