Home Conduite d'élevage La Caméra 3D DeLaval pour faciliter la notation d’état corporel
La Caméra 3D DeLaval pour faciliter la notation d’état corporel 5

La Caméra 3D DeLaval pour faciliter la notation d’état corporel

11
0

L’observation de l’état corporel fait partie de votre quotidien d’éleveur. Vous l’utilisez pour améliorer les performances laitières et de reproduction ou pour éviter les problèmes métaboliques, or ce suivi visuel, rarement accompagné de notations, manque de précision et d’objectivité. La caméra BCS DeLaval effectue cette notation simplement et vous alerte au moindre écart.

L’estimation des réserves énergétiques est une pratique courante sur les grands troupeaux, en particulier en Amérique du nord. L’intérêt technique est connu de la plupart des éleveurs : forte corrélation entre l’état corporel et la productivité de la vache. En France également, 56 % des éleveurs de grands troupeaux jugent utile d’effectuer ce suivi quotidiennement (enquête Agrinova, de mars 2015). Mais les deux tiers de ces éleveurs s’arrêtent à un suivi visuel. Pourtant, ils ont beaucoup à gagner en ajustant le niveau de la ration à l’évolution de la note d’état corporel. Ils peuvent ainsi améliorer les résultats de reproduction, limiter le déficit énergétique en début de lactation et donc les problèmes de cétose ou encore éviter un niveau d’engraissement excessif en fin de lactation. Avec la toute nouvelle caméra BCS de DeLaval, cette notation est automatisée, objective et intégrée dans le logiciel de gestion du troupeau. Par rapport à une notation visuelle, cet outil anticipe de huit jours une dérive de l’état d’engraissement. Ce bijou technologique est le fruit d’une étroite collaboration entre DeLaval et le secteur de la santé animale. Plusieurs dizaines d’exploitations situées aux Etats-Unis, Canada et Pays-Bas l’ont déjà testée.

bcsscreen1Scan du dos de la vache

Cette caméra 3d se positionne dans un couloir de circulation à la sortie d’un robot de traite ou d’une salle de traite DeLaval. A chaque passage de la vache sous la caméra, elle est automatiquement scannée. Un algorithme traite l’image et attribue une note d’état corporel à chaque animal : de la note 1 pour une vache trop maigre à la note 5 pour une vache trop grasse. L’éleveur est alerté sur les vaches présentant une mauvaise évolution de leur état corporel en cours de lactation. Et l’enjeu est de taille : la proportion de vaches en acétonémie passe de 30 % à 9 % lorsque l’évolution de la note d’état corporel est optimisée pendant les 60 premiers jours de lactation. De même, une étude réalisée aux états-unis met en évidence une forte corrélation entre l’état corporel de la vache et la période d’anoestrus. En optimisant les réserves énergétiques en début de lactation, l’éleveur peut réduire l’intervalle vêlage – vêlage d’une quarantaine de jours. Edouard Alix, chef de produits chez DeLaval, estime que les premiers élevages équipés de cet outil ont gagné autour de 40 € par vache et par an.

Laisser un commentaire